CSAPA de Morez

Retour à l’accueil

Retour à l’accueil

« Est-ce que le cannabis c’est bon? » se demandent parfois les ados.

On leur doit une réponse de vérité qui s’affranchisse de nos croyances, de notre enracinement culturel et de notre envie de bien faire…
Une bonne réponse est de dire : Oui ! Le cannabis est
parfois bon pour le bien-être.
Ou beaucoup plus justement pour le « 
être-mieux » ce qui est bien différent. Le être-mieux faisant plutôt référence à un moment, à un passage de la vie alors que le bien-être est installé
sur la durée, durée que le cannabis ne peut pas apporter.
Quant à ce « être-mieux » non seulement il est fugace mais il se fait souvent payer très cher et l’on ne parle pas ici de son prix comme marchandise mais de son prix en terme d’inconvénients graves pour la santé.
Car si le cannabis peut faire croire à un « être-mieux » passager il montrera vite au consommateur habituel tout le mal-être qu’il sait aussi très bien provoquer et tous les dangers graves qu’il fait courir pour la santé. Dangers immédiats et dangers à plus long terme…





CSAPA Jura-Sud  

Retour à l’accueil

Centre de Soins, d’ Accompagnement et de Prévention en Addictologie

On entend dire souvent :
OUI MAIS LE CANNABIS C’EST BON POUR LA SANTÉ
PUISQUE ÇA PEUT ÊTRE UN MÉDICAMENT…
Il est vrai que dans certains pays le cannabis est utilisé comme un médicament.
Mais ça n’est pas le médicament du mal-être de l’adolescent, le médicament de l’ennui ou des insomnies. Et ça n’est pas non plus le médicament du besoin impérieux qu’a l’adolescent de provoquer les adultes ou de se révolter contre la société.
C’est plutôt le médicament de la fin de vie douloureuse des patients cancéreux en
chimiothérapie ou des malades du sida au stade terminal.
Donc le traitement de l’ado par le cannabis, circulez il n’y a rien à voir!

EFFETS DU CANNABIS SUR L’ORGANISME LORS D’UNE CONSOMMATION ?

Les effets recherchés par l’usager:

Recherche de détente, de bien-être, de modification des perceptions sensorielles

  (par exemple sensation de mieux entendre la musique)


Recherche d’une diminution de l’angoisse et de la dépression


Recherche d’euphorie, de mieux-être…

Recherche de partage festif, d’effet de groupe…


Recherche de provocation des adultes, de la société,
  de soi-même

     
MAIS les effets obtenus sont variables:

- Euphorie, apaisement MAIS somnolence


Mais aussi parfois malaise, tremblements,
ébriété, vomissements, confusion, étouffement, angoisse importante.


Psychose aiguë…



Ce que cherche l’usager…

S’amuser,

faire la fête : 61%


Se défoncer : 38%


Se calmer: 23%


Dormir : 18%


Surmonter
ses problèmes personnels : 11%


Entretenir une habitude : 14%


Imiter les copains : 14%

Ce que nous montrent ces tableaux:

En terme de lutte contre le stress et l’angoisse l’alcool est souvent utilisé car il se montre
pour les patients qui l’utilisent à cette fin plus « performant » que le cannabis et beaucoup
plus que le tabac. Bien sûr le mot « performant » est inadapté parce que « la performance »
est contrebalancée et anéantie par un grand nombre d’inconvénients qui doivent faire
renoncer à son usage.
Mais en terme de dangerosité pour la santé c’est le tabac qui est le plus gros drug-killer
devant l’alcool.
76 000 décès annuels sont dus au tabagisme et 45 000 décès annuels sont du à l’alcool.
Contrairement à cette phrase hélas souvent entendue : « le cannabis n’a jamais fait mourir
personne » il faut ne pas oublier les 180 décès annuels sur les routes du fait de la diminution
nette des réflexes sous l’emprise du cannabis.


EST- CE QUE LE CANNABIS C’EST DANGEREUX ?
PAS TANT QUE ÇA, MAIS…


COMMENCER LE PLUS TARD POSSIBLE

SI POSSIBLE À L’ÂGE ADULTE

(15% de dégâts en moins pour chaque année gagnée)
NE PAS DEVENIR DÉPENDANT

(et donc connaître les signes d’alerte

CONNAÎTRE LES RESSOURCES POUR SE FAIRE AIDER
NE PAS CONDUIRE PENDANT 12 heures après la consommation

et renoncer au mélange cannabis + alcool

NE PAS MÉCONNAÎTRE LE RISQUE AVEC LA LOI



Parfois des effets néfastes sous forme de Bad Trip que l’on peut traduire par « mauvais voyage » ou mieux « méchant voyage ». C’est une réaction physique et psychologique très désagréable avec une angoisse sévère, des sensations de mort imminente qui peut conduire à une hospitalisation en urgence.
Cet épisode laisse des traces douloureuses dans la mémoire et c’est pour
beaucoup l’occasion d’arrêter de toute urgence la consommation. Cet « accident » peut survenir à tout moment et parfois chez un consommateur ancien qui n’avait jamais connu une telle réaction soit à l’occasion de l’utilisation d’un produit de composition inhabituelle, soit à l’occasion d’un état physique un peu différent (fatigue, suite de maladie infectieuse, etc.) soit –et le plus souvent- sans qu’aucune cause ne soit repérée.

Tout est dans le MAIS…

Retour à l’accueil

Retour à l’accueil

Retour à l’accueil